Chirurgie : L’hospitalisation

Extrait de l’e-book «  Mieux vivre son opération et avoir moins peur » de Magali Badolo, infirmière.

Pour en savoir plus cliquer ici : «Mieux vivre son opération et avoir moins peur» selon Magali Badolo

Votre opération chirurgicale nécessite une hospitalisation ?

Selon l’opération, vous serez hospitalisé un ou plusieurs jours. Voici ce que vous devez savoir pour votre séjour.

Selon votre intervention et l’organisation du service, vous devrez vous présenter soit la veille, soit le matin même.

Le jour de l’intervention

Le secrétariat de votre chirurgien vous informe sur l’heure à laquelle vous devez vous présenter dans le service ainsi que les informations concernant votre entrée. En tous cas, n’oubliez pas de vous occuper de votre dossier administratif en amont.

À l’arrivée dans le service, vous êtes accueilli par l’équipe qui fait le point avec vous sur :

  • votre dossier administratif : étiquettes, autorisations…
  • votre dossier médical : examens, ordonnances…
  • les coordonnées de la personne à prévenir
  • votre situation familiale
  • vos allergies éventuelles
  • vos traitements médicaux
  • vos prothèses : dentaires, auditives, optiques…
  • le matériel interne : plaques, vis, pace maker,…
  • vos addictions : tabac, alcool, autres substances

L’infirmière vous donne également des informations sur :

  • l’heure de votre intervention
  • la durée de votre intervention
  • votre parcours depuis votre départ au bloc jusqu’au retour dans la chambre
  • votre retour en chambre ou dans un service de surveillance : soins continus ou réanimation
  • la douleur
  • , selon les interventions

Le point sur vos médicaments

Vous prenez un traitement tous les jours chez vous ?

Venez avec vos boites de médicaments. Pourquoi ? Tout simplement parce que vous les avez en votre possession.

À l’hôpital, il y a bien sûr une pharmacie, mais vos traitements sont délivrés par votre pharmacie de ville et remboursés par la sécurité sociale. Il n’est donc pas nécessaire de doubler la délivrance de ces médicaments.

De plus, les pharmacies des établissements de santé (surtout les plus petites structures) ne possèdent pas tous les médicaments du marché, il est donc préférable de venir avec les vôtres.

Chez vous, vous utilisez peut-être un pilulier, mais il faut venir avec vos boites clairement identifiées. On ne peut pas toujours reconnaitre les médicaments qui sont hors de leur emballage et cela peut être source d’erreur.

Remettez vos boites à l’infirmière : vous ne devez pas prendre seul votre traitement, même si vous en avez l’habitude, toujours afin d’éviter les erreurs.

En fonction de votre opération et de votre état de santé, l’équipe médicale sera parfois amenée à modifier votre traitement habituel de manière temporaire.

L’infirmière vous donnera les médicaments conformément à la prescription médicale de votre séjour.

À votre sortie, on vous remettra vos traitements ainsi que les ordonnances et les consignes pour la poursuite ou non de vos médicaments à la maison.

Un exemple pour comprendre :

Vous prenez tous les jours un médicament anticoagulant pour fluidifier le sang à cause de votre problème cardiaque.

Vous allez être opéré du genou. Le chirurgien et l’anesthésiste vous demandent de stopper ce traitement pour éviter une hémorragie pendant et après l’intervention.

Votre médicament est remplacé par une injection qui remplace votre anticoagulant pendant une durée déterminée.

Par la suite, en fonction de consignes médicales de vos ordonnances de sortie, vous pourrez reprendre votre médicament habituel.

Un autre exemple:

Vous avez l’habitude de prendre tous les jours un médicament contre votre douleur au dos. Vous êtes opéré de votre épaule. L’infirmière vous administre des antalgiques en perfusions. Si vous continuez à prendre vos médicaments comme d’habitude, vous risquez un surdosage.

Les accompagnants, horaires de visites et informations médicales

L’infirmière remet les coordonnées du service à votre accompagnant pour appeler et avoir de vos nouvelles.

En fonction de l’organisation de votre horaire d’opération, on donne une heure approximative à laquelle appeler et les horaires de visites.

En général, les visites sont interdites le matin, car il s’agit de la période un sont regroupés la majorité des soins.

Nous n’avons légalement pas l’autorisation de donner des informations médicales vous concernant par téléphone. Dans la majorité des cas nous le faisons, mais parfois de manière succincte et sans rentrer dans les détails.

Il faut comprendre que l’équipe ne sait pas réellement qui se trouve à l’autre bout du combiné : votre employeur, une assurance… (Exemples véridiques)

Si votre famille est nombreuse, il faut absolument désigner une seule personne qui appelle le service et qui donne de vos nouvelles au reste de votre famille.

Le point sur la chambre seule

Question de patients :

« Pourquoi n’ai-je pas obtenu la chambre seule que j’avais demandée ? »

Je reconnais que c’est contrariant, mais il n’y a pas forcément de chambre seule disponible pour vous. L’équipe essaye de respecter votre souhait dans la mesure du possible, mais dans la réalité ce n’est pas toujours possible.

Selon les établissements, le nombre de chambres seules est parfois limité. Il existe aussi une priorité pour leur attribution : les patients ayant des soins lourds et les patients en isolement à cause d’une infection.

Vous aurez peut-être un voisin au départ et si une chambre seule se libère vous pourrez en bénéficier.

Anecdote d’infirmière :

Il m’est arrivé plusieurs fois d’avoir des patients très contrariés de ne pas avoir leur chambre seule.

Le lendemain, je propose de les “déménager” dans une chambre individuelle qui s’est libérée. “Non merci Magali. Finalement on s’entend bien avec mon voisin et je pars demain donc ce n’est pas la peine”. Voilà, tout est dit.

S’installer dans sa chambre

Dans votre chambre il y a :

  • un lit médicalisé muni d’une télécommande pour ajuster la position (couché, demi-assis, jambes surélevées…)
  • une table réglable en hauteur
  • un fauteuil
  • une chaise
  • une table de nuit
  • une lumière de chevet
  • des w.c.
  • une salle de bain avec lavabo et douche
  • un placard
  • un coffre-fort
  • en fonction des établissements et du “standing” de votre chambre

 

Vous n’avez pas besoin de vos objets de valeur.

Vous pouvez conserver un peu de monnaie pour acheter journaux et magazines, mais il est déconseillé de garder avec soi cartes bancaires, chéquiers, argent, bijoux…

Ne laissez pas votre téléphone ni votre tablette dans votre table de nuit, mais utilisez le coffre à disposition dans votre chambre.

Si vous voulez conserver des objets volumineux (ordinateur portable par exemple), préférez utiliser le coffre général de l’établissement.

 

Si vous êtes en chambre double, chaque personne à un placard, une penderie et un côté de salle de bain.

Après votre opération, il est possible que vous changiez de chambre pour un service de surveillance intensive par exemple. Dans ce cas, ne déballez pas vos affaires entièrement puisque vos bagages seront transférés dans votre nouvelle chambre.

Les affaires que je dois apporter à l’hôpital

Je vous explique ici ce que vous devez apporter avec vous et les petites choses auxquelles on ne pense pas forcément, mais qui vous seront utiles :

Les indispensables :

  • Brosse à dents + dentifrice
  • savon
  • shampoing sec (assez pratique, pour ceux qui ne pourraient pas se laver les cheveux de suite)
  • crème
  • déodorant
  • brosse à cheveux
  • sèche-cheveux
  • serviettes hygiéniques (si chirurgie gynécologique)
  • gants de toilette
  • serviettes de toilette (certains établissements les fournissent, d’autres non… à prévoir au cas où)
  • un sac à linge sale
  • pyjamas selon le nombre de jours estimé.

Vos proches pourront se charger de laver et de vous rapporter votre linge propre si vous êtes hospitalisés un long moment. Prévenez-les.

  • vêtements de jour 
  • chaussures / pantoufles

Les non indispensables… mais pratiques à avoir :

  • mouchoirs en boite distributrice (plus pratique)
  • lingettes bébés
  • boules quies
  • horloge à pile (avec des piles) à poser sur la table de nuit pour se repérer dans le temps
  • chargeur de téléphone
  • livre, magazines, sudoku… + crayons
  • tablette avec films et séries

À propos du pyjama, vous n’êtes pas obligé de le porter toute la journée !

Quand cela est possible, vous pouvez vous promener dans les couloirs, aller chercher votre journal, vous rendre à la radiologie ou en service de consultation. Il n’est donc pas nécessaire de vous promener en pyjama.

Donc, en plus de vos vêtements de nuit, prévoyez des tenues “d’intérieur” type survêtement par exemple, en tout cas des vêtements dans lesquels vous vous sentez « à l’aise ».

Mettez votre pyjama le soir, comme d’habitude !

Vous allez très certainement acheter de nouvelles pantoufles (tout le monde le fait !).

En fonction de votre opération et de vos besoins en rééducation par la suite, vous aurez besoin de chaussures adaptées à votre situation.

Pour des opérations qui ne nécessitent pas de rééducation particulière, le choix de vos pantoufles n’a aucune importance.

Par contre, si vous avez besoin de kinésithérapie et de rééducation à la marche, préférez des pantoufles fermées, voire même des baskets qui maintiennent fermement votre pied. Les chaussures à enfiler sont pratiques, mais si votre mobilité est réduite et que vos pas sont hésitants, vos pantoufles peuvent être responsables de chutes.

Astuces camouflage des sondes :

Vous aurez peut-être des équipements médicaux avec lesquels vous n’aurez pas forcément envie de vous promener dans les couloirs (sonde urinaire et drains par exemple).

Prévoyez un sac type sac de boutiques en carton ou un sac en tissu… pour plus de discrétion…

Pour les messieurs qui auront potentiellement une sonde urinaire : des shorts ou bas de pyjama ouverts devant (c’est plus pratique).

Pour les dames : des shorts

Partagez cet article

1+