Quel conjoint pour ton Cancer ?

La Cancer Attitude

Pour ceux et celles qui vivent cette épreuve du Cancer accompagnés d’un doux amour, le Cancer peut vous révéler une nouvelle facette de votre conjoint, telle une loupe grossissante vous éclairant sur un aspect de sa personnalité que vous n’aurez su voir depuis des années. Révélateur positif ou négatif, Super-Laclasse Super-Relou ou, hélas, Super-Trouduc’, cette maladie a le don de révéler la Super-Personnalité de votre moitié, parfois bien dissimulée depuis des années.

Le Super-Trouduc’

Commençons par le Super-Trouduc’, le super qui fâche, et qui, malheureusement n’est pas si anecdotique que cela. Il ne se focalise essentiellement que sur sa personne. C’est lui-même qui l’importe avant toute chose, y compris pendant le Cancer de son amoureux(se). Vous n’avez plus de cheveux ? C’est lui qu’il faudra plaindre de devoir supporter cette vision-là ? Il vous manque un sein ? C’est lui qu’il faudra plaindre de devoir faire l’amour avec vous ainsi !  Vous êtes épuisés par les traitements au point de vous endormir sur le canapé devant de le Journal Télévisé ? C’est lui qu’il faudra plaindre de devoir supporté son amoureux(se) sans énergie, qui ne veut même pas recevoir la clique de copains comme à vos habitudes… Niveau compréhension et empathie, c’est un zéro pointé ! Après tout, il faut le comprendre le pauvre… D’ailleurs, il n’en peut plus de ce Cancer, et fini par prendre la tangente. J’espère que s’il revient une fois que vous serait guéri, vous l’accueillerez comme il se doit, c’est à dire à coup de grand coup de pieds dans le derrière qui lui indiqueront la direction de la sortie… …de votre vie !

Autre appellation du Super-Trouduc’ : Super-Ducon, Super-Tocard, ou, Super-Connard (appelons un chat un chat)

Le Super-Relou

Il est plein de bonnes intentions… Mais ne dit-on pas que « l’enfer est pavé de bonnes intentions » ? J’exagère peut-être, mais si peu… A partir de l’annonce de votre maladie, votre vie sera désormais transformée. Il vous demandera « Comment ça va ? » à peu près … toutes les deux minutes. Il parlera à tout votre entourage de ce que vous traversez, sans lésiner sur les détails. Vous ne pourrez plus rien faire, car il faudra vous reposer… ce qui est chouette au début… mais au début ! Car au bout d’un moment …. Vous aurez peut-être envie de vous occuper, ne serait-ce que pour penser à autre chose. Il viendra avec vous à chacun de vos rendez-vous, ce qui est plutôt sympathique reconnaissons-le, mais vous aurez peur qu’il en fasse des caisses, ou qu’il n’alerte tout l’hôpital à chacun de vos éternuements. Essayez d’en discuter avec lui pour lui faire comprendre que son inquiétude vous pèse, et il vous trouvera injuste, lui qui fait tout pour vous … Et il n’a pas tort…. Mais gérer l’inquiétude de son conjoint, en plus de la sienne n’est pas chose simple durant une Traversée du Cancer

Autre appellation du Super-Relou : Super-Etouffant, Super-Acotédelaplaque, Super-Inquiet

Le Super-LaClasse

Lui, il est parfait ! Il a simplement et purement la classe. Il vous suppléante dans toutes les taches du quotidien, mais vous encourage lorsque vous désirez faire quelque chose par vous-même. Votre physique change, certes, mais vous lui plaisez toujours. Il est la quand il le faut, comme il le faut, et sans être invasif ou étouffant ! Un grand bravo à tous ces Super-Conjoints, qui savent aimer même dans la maladie.

Autre appellation du Super-LaClasse : Super-Top, Super-Génial, Super-Idéal, Super-Amoureux(se), Super-Parfait

La minute féministe de Café Cancer

Selon une étude publiée dans la revue Cancer en Novembre 2017*, les hommes et les femmes ne sont pas non plus égaux dans la maladie. Une femme a six fois plus de risque d’être quittée à l’annonce d’un cancer qu’un homme. Pour expliquer cette différence les auteurs pointent du doigt les complications qui peuvent affecter la vie sexuelle et affective comme l’une des causes principales de ruptures. Les femmes manquent de soutien moral au quotidien, et déclare être en proie à une détresse psychologique plus importante que les hommes dans la même situation. Et au final, ces résultats semblent souscrire à la théorie du care, du soin, selon laquelle la « capacité à prendre soin d’autrui » et le « souci prioritaire des rapports avec autrui » sont dans nos sociétés traditionnellement considérées comme féminine.

* Chiara Acquati, auteure principale de l’étude et professeure adjointe au UH Graduate College of Social Work

Partagez cet article

4+