Radiothérapie et coupeur de feu .

La radiothérapie est un traitement localisé qui détruit les cellules cancéreuses par rayonnements, mais malgré les évolutions et améliorations, il reste encore impossible d’éviter totalement d’irradier des cellules saines, provoquant parfois un effet secondaire de « brulure » de la peau. Souvent, les patients sollicitent un coupeur de feu, également appelé barreur de feu. Parfois même, ce sont leurs médecins qui le leur conseillent, voire qui leur font directement appel.

            Couper le feu signifie stopper la sensation de brulure, ou à minima la diminuer, et faciliter le rétablissement de la peau. Ces coupeurs ou barreurs de feu disent soulager la douleur des brulures par des gestes simples, qui utilisent les mains, mais sans le toucher. Nul besoin de se dévêtir. L’action peut même se faire à distance, avec le nom ou la photo de la personne, et la localisation de la brulure. Comment cela fonctionne ? Difficile à dire… Il serait question de prières ou d’incantation. Certains parlent de magnétisme, ou même de spiritualité. Ce « don », cette « connaissance » est transmise de génération en génération au sein d’une même famille, ou bien de magnétiseur en magnétiseur. L’immense majorité n’accepte pas de rémunération, ou tout juste un petit cadeau symbolique.

            Cette pratique laisse perplexe, invoquant le fameux effet placebo, c’est-à-dire une forme d’autosuggestion qui amènerait le patient à s’anesthésier lui-même : le patient ressent que l’on s’occupe de lui, qu’il n’est plus seul face à sa maladie, rituels et formules renforçant la croyance… Et provoque, suggère ces effets positifs ressentis. Mais comment expliquer une intervention efficace quand le patient ignore qu’il est pris en charge par un coupeur de feu ? Pourtant, certains médecins prennent cette pratique en considération : certains s’en cache encore, et d’autres non. Bien que de nombreux patients, et des soignants, font appels à leur service, voire témoignent de leur efficacité, la corrélation scientifique entre la diminution des effets secondaires et cette pratique de couper le feu n’a pas été établis.

Attentions aux escrocs et aux vautours qui volent en cercle autour d’un centre anti-cancéreux guettant leur nouvelle proie. Sans états d’âmes et sans éthique, certains profitent du malheur et du désespoir des gens pour se remplir les poches, car hélas, il y en a … Donc méfiance… Mais indépendamment de cela, j’ai envie de dire, sceptiques ou pas, qu’il n’y a pas grand-chose à perdre, d’autant plus s’il n’est pas demandé de compensation financière. Et même si c’est l’effet placebo qui fonctionne… tant que cela fonctionne c’est toujours cela de prix ! Restons ouvert d’esprit, la méditation et l’hypnose sont eux aussi, maintenant, de plus en plus intégré au protocole de soin, non pas pour guérir, mais pour accompagner le patient dans les traitements et minimiser les effets secondaires. Alors, après tout, pourquoi pas un bienveillant barreur de feu ?

Partagez cet article

1+