L’immunothérapie : Les inhibiteurs des points de contrôle.

L’immunothérapie est un traitement qui vise à « mobiliser » les défenses naturelles en renforçant ou en rétablissant la capacité du système immunitaire à combattre le Cancer.

Ou autrement dit : c’est augmenter la réponse immunitaire anti tumorale en levant l’inhibition des lymphocytes T…

Notre système immunitaire.

Notre corps est souvent confronté aux assauts du monde extérieur comme par exemple les virus, les bactéries ou encore des cellules anormales ou malsaines. Notre organisme a un système naturel de défense, comparable  à une véritable armée capable d’identifier  puis d’éliminer l’ennemie lorsqu’il pénètre dans notre organisme.

Il existe deux types de réponse du système immunitaire :

° L’immunité innée. C’est la première ligne de défense de l’organisme. Elle est immédiate et non spécifique.

° L’immunité adaptative, qui s’active lors de l’exposition de l’organisme à un agent pathogène ou à certaine maladie. Elle est plus tardive et spécifique. Elle repose sur la reconnaissance d’un antigène spécifique, qui est constitué de protéines situées à la surface des cellules, et qui sont capable d’être reconnues  par un anticorps, ou une cellule du système immunitaire. Cette reconnaissance déclenche une réponse immunitaire dans l’organisme pour rejeter ou détruire les cellules étrangères ou anormales.

Notre système immunitaire devrait aussi reconnaitre et détruite les cellules normales devenues cancéreuses. Pourtant, quelques une de ces cellules anormales lui échappent et peuvent ainsi proliférer …. pour devenir ensuite une tumeur.

Déverrouiller la réponse immunitaire : Les inhibiteurs des points de contrôle.

 

La chimiothérapie et les thérapies ciblées agissent directement sur la croissance et la prolifération cancéreuse. Le but de l’immunothérapie est de restaurer la capacité d’action du système immunitaire face aux cellules tumorales pour pouvoir les attaquer et détruire le Cancer.

Les cellules T  sont un type de cellule immunitaire. Notre système de défense  empêche normalement ces cellules T d’attaquer les cellules saines de notre corps en ayant recours à des protéines appelées points de contrôle. Ces points de contrôle permettent aussi de ralentir ou freiner une réaction immunitaire afin d’éviter l’auto immunité ou d’attaquer des cellules normales, saines.

Mais certaines cellules cancéreuses, sont capables de détourner l’action de ces mécanismes  en empêchant le système immunitaire de les attaquer.

Un type de traitement par immunothérapie s’appelle les « inhibiteurs des points de contrôle ». Le principe est simple : bloquer les points de contrôles. En inhibant ces freins, le système immunitaire se réactive et peut agir plus efficacement.

Les effets secondaires

Les effets indésirables liés à ces inhibiteurs des points de contrôle peuvent toucher tous les organes car ils sont liés à une activité élevée ou excessive du système immunitaire pouvant provoquer une inflammation de divers organes du corps et pouvant entrainer des réactions auto immunes (=le système immunitaire attaque ses propres cellules)

Ces effets peuvent être  de la fatigue, des nausées, une perte d’appétit, des douleurs ou des maux de tête. Environ un tiers des patients ont des toxicités cutanées qui sont caractérisées par des rashs ou des démangeaisons (prurit). Elles sont majoritairement  bien contrôlées avec des traitements locaux. Ces thérapies peuvent également induire des toxicités digestives avec des diarrhées ou bien des colites. Des effets secondaires peuvent aussi se manifester au foie, au poumon et plus rarement être cardiaque.

Ces effets secondaires peuvent apparaitre à tout moment du traitement, et l’équipe médicale pourra les traiter de manière symptomatique et ajuster le traitement par immunothérapie si nécessaire.

Partagez cet article

immunotherapie
4+