Thérapies et traitements anti-cancéreux

 

Chaque situation est unique. Chaque patient est un cas particulier. Le traitement d’un cancer dépend de nombreuses variables telles que le type de cancer, son degré d’extension mais aussi de l’état général de la personne comme par exemple son âge, ou la présence d’autres maladies. La recherche contre le cancer progresse, et permet aujourd’hui de proposer de nouvelles thérapies anti cancer. En fonction des cas, il y aura un seul ou plusieurs traitements, qui suivront une combinaison ou un ordre bien précis. Le choix des traitements est toujours adapté à chaque personne, à chaque cancer

Les différents types de traitements

Le but ultime d’un traitement contre le cancer est d’éliminer les cellules cancéreuses. Pour cela, il peut agir sur l’ensemble du corps (traitement systémique). C’est le cas par exemple de la chimiothérapie, ou de l’hormonothérapie.

Mais il peut aussi cibler la zone de la tumeur (traitement locorégional), comme pour la radiothérapie locorégionale par exemple.

Un traitement contre le cancer vise d’éliminer la tumeur, mais pas seulement.  Il peut être prescrit dans un objectif diffèrent : soulager une douleur, traiter un effet secondaire…

  • Les traitements curatifs ont pour but de guérir durablement le patient, ou du moins d’induire une rémission, c’est-à-dire que l’on ne détecte plus de cellules cancéreuses.
  • Les traitements palliatifs eux ont pour but de stopper ou de ralentir l’évolution de la maladie,
  • Les soins palliatifs permettent d’améliorer le confort d’un patient en fin de vie.
  • Et les traitements complémentaires, sont prescrits pour soulager les désagréments de la maladie ou des effets secondaires de certains traitements : anti douleur, anti nauséeux… etc.

La chirurgie

C’est souvent le premier traitement. Une fois la tumeur opérée, elle est enlevée au cours d’une opération, mais bien souvent avec une marge de tissus sain autour et des ganglions voisins. Les métastases peuvent aussi être traitées et enlevées par chirurgie.

La chirurgie permet également de réaliser une reconstruction, comme par exemple dans le cas d’une reconstruction mammaire, ou être indiquée pour soulager des douleurs, ou favoriser le confort du patient.

Les techniques chirurgicales sont variées comme par exemple la chirurgie laser (utilisation d’un laser a la place d’un scalpel), la chirurgie endoscopique (des petits tubes sont utilisés pour atteindre la tumeur par des petites incisions ou cavités naturelles), ou la cryochirurgie (utilisation du froid).

La radiothérapie

C’est une méthode de traitement qui utilise des rayonnements ionisants. Les rayons à haute énergie détruisent les cellules cancéreuses. La tumeur primaire ou les métastases peuvent être traités par radiothérapie.

Elle peut être administrée soit par voie externe, où des faisceaux de rayons sont émis par un accélérateur de particules, situé à l’extérieur du corps, et dirigée vers la tumeur ; ou bien  par voie interne. Dans ce cas, le matériel radioactif est implanté dans le corps au niveau de la tumeur à l’aide d’aiguille ou de billes.

Les traitements médicaux

La chimiothérapie

C’est un ensemble de médicaments qui ciblent les cellules cancéreuses, en les détruisant ou en les empêchant de se multiplier.

Les cellules cancéreuses sont des cellules qui se divisent rapidement. Malheureusement, ces médicaments agissent sur les autres cellules saines de l’organisme qui se développent rapidement (comme les racines des cheveux) et cela explique les effets secondaires de la chimiothérapie.

L’hormonothérapie

Certains cancers sont hormonaux sensibles, ce qui signifie que certaines cellules cancéreuses sont stimulées par la présence d’hormones. C’est souvent le cas du cancer du sein et de la prostate. Une des solutions est de bloquer la production d’hormones, dans le but de créer un milieu hormonal défavorable au développement de cellules cancéreuses. Pour savoir si le cancer est hormono-dépendant, une analyse est faite en laboratoire sur un morceau de tumeur prélevée au préalable.

L’immunothérapie

L’immunothérapie ne cible pas directement la tumeur, mais les défenses naturelles, le système immunitaire, afin de le rendre capable d’attaquer les cellules cancéreuses.

Les thérapies ciblées

Les thérapies ciblées ciblent directement les mécanismes de développement de la tumeur, notamment en bloquant la croissance de cellules cancéreuses ou encore en bloquant la formation de nouveaux vaisseaux, l’angiogenèse, qui irriguent la tumeur.

Les médecines complémentaires

Ce sont des médecines dites « complémentaires » aux traitements classiques du cancer et qui ont pour but de soulager les effets secondaires de certains traitements comme la chimiothérapie ou la radiothérapie. On retrouve par exemple l’homéopathie, les massages de relaxation, le yoga, l’acuponcture etc.

Quelques recommandations :

  •  Toujours en parler avec son oncologue. Même si certaines médecines complémentaires peuvent paraitre inoffensives, elles peuvent interagir avec le traitement donné par votre oncologue. Vérifier qu’il n’y a pas d’interactions médicamenteuses, surtout dans le cas de la phytothérapie. Par exemple, le millepertuis peut réduire l’efficacité de certaines chimiothérapie, et à l’inverse d’autres plantes peuvent accroître leur toxicité, tel que l’ail, le ginko biloba, l’échinacée, le ginseng, l’extrait de pépin de raisin ou encore le thé vert
  • Faire attention aux arnaques. Surtout si on vous demande une somme d’argent en échange. De plus, certains traitements alternatifs sont souvent prescrits par des thérapeutes qui sont soumis à moins de contrôle et régulation, car ils n’exercent pas dans le circuit médical « classique ».
  • Ne jamais arrêter le traitement classique prescrit par l’oncologue et le substituer par une médecine complémentaire. Le risque est de voir la maladie s’aggraver.

Partagez cet article

2+