Anissa ou Pink_marquise

Anissa, 39 ans, maman de deux enfants, est en rémission d’un Cancer du sein.

Merci Anissa de nous raconter ton histoire sur Café Cancer.

Sur Instagram : @pink_marquise

Quelle était ta vie « avant » le Cancer ?

Ma vie « avant » le Cancer était tranquille et paisible. Je suis responsable en communication dans une entreprise. J’ai deux enfants merveilleux, et je suis mariée depuis 2008. J’ai des amis et une famille fidèle mais  ça c’est ce que je pensais…. J’ai aussi une belle maison achetée avant le k…

Tout roule ! Pas d’antécédents dans la  famille. En fait, c’est une  maladie à laquelle je ne pensai même pas.

Comment as-tu découvert ton Cancer ?

J’ai découvert ma tumeur après la naissance de mon fils mais je n’y ai jamais prêté attention. C’est cinq ans après, à la naissance de ma fille, en été 2015, que la tumeur a grossi. J’étais faible, j’avais mal au bras, et surtout j’avais des taches brunes sur le dos. 

J’ai découvert ma tumeur après la naissance de mon fils mais je n’y ai jamais prêté attention. C’est cinq ans après, à la naissance de ma fille, en été 2015, que la tumeur a grossi. J’étais faible, j’avais mal au bras, et surtout j’avais des taches brunes sur le dos.  Ce n’était pas dans mon habitude d’être fatiguée. Je rentre de vacances et je prends rendez-vous avec mon gynéco, toujours sereine. Mais lorsqu’il me dit : « Ne t’inquiète pas, c’est un kyste ».  Je lui réponds que « Non, je ne le sens pas du tout. »  

Rendez-vous le lendemain à Paris pour la biopsie : résultat ultra long (trois semaines !). Le 1er Octobre 2015 le gynéco m’appelle et la sentence tombe : «  Anissa tu avais raison ».

J’étais au travail. Je pleure. Mes collègues, qui sont aussi des amies belles-sœurs, sont présentes et s’effondrent avec moi. Mes patrons sont aussi très affectés. Un tsunami ce jour-là.

Je vais chez mon gynéco dès le lendemain à l’institut Montsouris à Paris. Toujours en état de choc, je pense à mes enfants. Je ne vois qu’eux  et je me dis « Comment ils vont faire sans une maman dans leur vie ? » C’était un coup de poing… Un vrai chamboulement …. J’étais en détresse totale…

C’était un coup de poing… Un vrai chamboulement …. J’étais en détresse totale…

Jusqu’à ce que mon fils, du haut de ses six ans, vienne me dire « Dieu il t’aime, c’est pour ça tu es malade : tu vas guérir. Tu es la plus forte ! ».

Jusqu’à ce que mon fils, du haut de ses six ans, vienne me dire « Dieu il t’aime, c’est pour ça tu es malade : tu vas guérir. Tu es la plus forte ! ». D’où le dicton  qui dit que Dieu ne donne ses plus grandes épreuves qu’à ses plus forts soldats. Et là je me suis dit il avait raison. C’est mon épreuve et ça ne sert à rien de pleurer. Ça ne va rien arranger… « Go ! Go ! Au combat !»

Comment se passent les traitements ?

On me pose du PAC le lendemain de l’annonce. C’était ça ou la semaine prochaine. Je n’ai pas vraiment eu le temps de digérer quoi que ce soit.

Dans un premier temps j’ai eu une chimio 3 FEC 3 Taxotere.

Les trois premières,  je les supporte très bien, même si j’ai eu quelques effets secondaires : des états de fatigue après la chimio, des aphtes dans la bouche… Mais cela reste gérable pour moi.

Par contre, les trois Taxotere m’ont détruite le corps. Elles étaient fortes ce qui est normal au vu de la taille de la tumeur…. J’ai eu des douleurs articulaires à me mettre KO, des  problèmes au niveau des yeux, la  peau sèche atopique. Depuis je développe la maladie de Raynaud : dès qu’il fait froid le sang ne circule plus dans les extrémités du corps.  J’étais HS ;  mais j’ai tenue car je n’ai pas le choix !

Après la chimio, la tumeur avait fondu : le traitement a fonctionné.

Un mois après, TUMEROCTOMIE et curage axillaire (on me retire la chaîne ganglionnaire). J’ai de la chance car mes cicatrises ne se voient pas : «  Perfect ! ».

Ensuite, j’ai eu 30 séances de radiothérapie. J’ai  pris de la couleur mais aucune douleur. J’ai une peau costaud qui réagit bien. La fatigue est là, mais ce n’est pas grave je suis en rémission…

C’est une tumeur qui aurait pu me coûter la vie au vu de sa taille, de son grade et des 5 années passées dans mon corps.  Je m’en sors bien,  même si cela a été très dur quand même.

Comment a réagi ton entourage à l’annonce de ton Cancer ?

Certains ont été très affectés comme mes enfants. Ils ont été mon moteur et sans eux je ne pense pas que j’aurai eu la force d’être toujours debout, y compris lors des douleurs extrêmes…

Certains ont été très affectés comme mes enfants. Ils ont été mon moteur et sans eux je ne pense pas que j’aurai eu la force d’être toujours debout, y compris lors des douleurs extrêmes…

Mon mari aussi a été affecté. Il s’est réfugié dans les travaux : une échappatoire pour lui.

Mes parents, j’ai essayé de les préserver.  Ils sont vieux et je suis l’aînée, la seule fille avec trois frères.

Concernant mes frères c’est très compliqué. Ils ont été très affectés.  Ils ont beaucoup été dans le déni. Mes deux belles sœurs ont été très proches de moi, et à l’écoute.  Même si je parle peu, je ne remercierai jamais assez ma belle-sœur d’avoir été présente pour moi….

Et mes amies : j’ai fait un énorme tri. Et je continue car je ne veux plus de gens néfastes et faux qui par jalousie peuvent te détruire…

Mes beaux-parents aussi je ne les remercierai jamais assez d’avoir été là pour moi. 

J’ai été énormément déçue par certaines personnes (amis ou famille).  Je suis assez franche et honnête : je donne tout mais il ne faut pas me trahir !

Merci à tous ceux qui ont eu un mot,  un geste, une attention, une gentillesse envers moi : sachez que je n’oublie rien….

Comment est ton quotidien aujourd’hui ?

Aujourd’hui je suis en rémission depuis trois ans et demi. Je n’ai pas d’aide. Je n’en ai jamais voulu. Je voulais gérer ma maison, ma vie et mes enfants seule : je ne demande rien à personne. C’est mon caractère.  Je suis assez pudique et je suis fière d’avoir pu être là pour mes enfants lors des activités de la vie de tous les jours. Et surtout eux sont fiers  de leur maman,  et ça c’est ma plus belle victoire.

Je n’ai pas d’aide. Je n’en ai jamais voulu. Je voulais gérer ma maison, ma vie et mes enfants seule : je ne demande rien à personne. C’est mon caractère.  Je suis assez pudique et je suis fière d’avoir pu être là pour mes enfants lors des activités de la vie de tous les jours. Et surtout eux sont fiers  de leur maman,  et ça c’est ma plus belle victoire.

Ma situation financière n’a pas été impactée pas de soucis. J’ai rien perdu au contraire…

Bien évidemment,  l’organisation a complètement changé,  moi qui étais une vraie femme active. J’avais une vie très organisée. Alors je me suis adaptée. J’ai beaucoup plus de temps pour mes enfants, ma maison, les activités sportives et le reste et ça c’est le côté positif.

Aujourd’hui je suis coach de football féminin et ma fille est dans l’équipe ! Je fais partie également de la future liste électorale de ma ville.  Je suis aussi déléguée de parents d’élèves. Je suis présente à toutes les activités sportives et scolaires. Je profite de la vie car avant je n’avais pas le temps…

J’ai plein de projets : certains que j’ai cité et d’autres à voir avec le temps, mais je ne me prends plus la tête. Par contre pas de projet d’enfant. J’en ai deux et c’est très bien pour moi.  Je souhaite à toutes les femmes de connaître ça !

Quel message aimerais-tu faire passer à une personne qui vient d’apprendre qu’elle a un Cancer ?

Ce que je dirai à une femme qui vient d’apprendre qu’elle est malade : « Pleure un bon coup : ça fait du bien ! Et après, prends une forte respiration et prépare toi au combat. De toute façon, tu n’as  pas le choix ! Ça ne sert à rien de se dire « Pourquoi moi ? ».  Tu peux t’apitoyer sur ton sort : ça ne changera rien ! Bien au contraire ! »

 « Pleure un bon coup : ça fait du bien ! Et après, prends une forte respiration et prépare toi au combat. De toute façon, tu n’as  pas le choix ! Ça ne sert à rien de se dire « Pourquoi moi ? ».  Tu peux t’apitoyer sur ton sort : ça ne changera rien ! Bien au contraire ! »

Soit positive. Accepte ton épreuve et tu verras que tu seras plus forte.

Bien sûr,  tu as le droit d’être triste et de te plaindre car ce n’est pas une  grippe. Mais essaye de garder le sourire. Fais du sport et tu verras tout ira bien. Prends soin de toi. Chouchoute toi : hydratation et Make Up t’aideront à te sentir belle pendant et après le Cancer….

 

Et quel conseil aimerais-tu donner à ses proches ?

Pas de : «  Tu as une  tête de malade ! » On le sait…

Pas de : «  Le cancer du sein se soigne bien maintenant ! » Non, on en meurt encore !

Attention à vos mots car ils peuvent faire mal.

Je tiens à dire aux proches d’être présent et de ne pas attendre qu’on vous sollicite.

Soyez bienveillant et à l’écoute.  Simplement de dire « Tu es forte ! » c’est déjà bien…

Pas de : «  Tu as une  tête de malade ! » On le sait…

Pas de : «  Le cancer du sein se soigne bien maintenant ! » Non, on en meurt encore !

Attention à vos mots car ils peuvent faire mal.

Sinon être juste là avec vos sourires et  votre amour c’est déjà beaucoup.

Peut-on te suivre sur les réseaux sociaux ?

Oui on peut me suivre sur Instagram. Je suis là pour vous aider et pour vous montrer qu’après un Cancer on peut être jolie et coquette. Je vous conseille sur beaucoup de produits. Mon Instagram, c’est la vie «  lifestyle » Je veux aussi pouvoir aider la communauté tunisienne car le cancer y est tabou et n’a pas beaucoup de support…

Mon instagram : Pink_marquise

Partagez cet article

8+