Benoît

Benoit a 50 ans et se bat contre un cancer de la prostate

Merci benoit de nous raconter ton histoire sur Café Cancer

 

Quelle était ta vie « avant » le Cancer ?

Je suis marié avec Isa depuis 1989 et avons eu 3 magnifiques enfants. J’ai repris l’entreprise familiale il y a 20 ans, j’étais absorbé par mon travail. Socialement tout allait bien.

Comment as-tu découvert ton Cancer ?

Le premier choc a été mon résultat du dosage PSA 1034.

La lecture a été terrifiante, même sans forcément tout comprendre. : « Cancer de prostate avec métastases osseuses sur l’ensemble de la partie axiale du squelette ( du crâne jusqu’aux têtes de fémur) ».

Ensuite tout s’est enchaîné très vite mais le pire a été le résultat du scanner donné par une secrétaire et lu dans la voiture avec ma femme.

La lecture a été terrifiante, même sans forcément tout comprendre. : « Cancer de prostate avec métastases osseuses sur l’ensemble de la partie axiale du squelette ( du crâne jusqu’aux têtes de fémur) ».

J’ai cru que j’allais très rapidement mourir.

J’ai cru que j’allais très rapidement mourir.

Comment se passent les traitements ?

Dès le début : castration chimique et chimiothérapie (6 séances) + injection de zoladex tous les 3 mois. J’ai très bien supporté la chimio, je n’ai pas arrêté de travailler.

Deux ans après « BOOM » le PSA remonte en flèche. Mon oncologue me propose une autre hormonothérapie avec en plus un essai mondial (placébo versus traitement de l’essai) que j’accepte sans hésiter (si ça peut faire avancer la science….)

Mon oncologue me propose une autre hormonothérapie avec en plus un essai mondial (placébo versus traitement de l’essai) que j’accepte sans hésiter (si ça peut faire avancer la science….)

Comment a réagi ton entourage à l’annonce de ton Cancer ?

L’annonce a été un choc pour tout le monde : « non c’est pas possible, pas Benoît »

Je suis quelqu’un de sportif, non-fumeur, non alcoolique et je mange sainement (grâce à Isa mon épouse).

J’ai rapidement fait l’annonce à l’ensemble de mes proches en disant que la guérison était impossible mais que j’allais me battre.

L’annonce a été un choc pour tout le monde : « non c’est pas possible, pas Benoît »

Je suis quelqu’un de sportif, non-fumeur, non alcoolique et je mange sainement (grâce à Isa mon épouse).

 

Comment est ton quotidien aujourd’hui ?

J’ai fait la rencontre sur internet d’une ancienne malade qui m’aide beaucoup et avec qui je partage beaucoup de choses. On s’aide mutuellement à surmonter nos angoisses.

Tous les mois je retourne voir mon oncologue et également ma psy (ça m’aide énormément à évacuer).

Mes meilleurs amis (es) sont très présent(e)s. Certains ont disparu mais je peux le comprendre.

J’ai fait la rencontre sur internet d’une ancienne malade (deux cancers du sein) qui m’aide beaucoup et avec qui je partage beaucoup de choses. On s’aide mutuellement à surmonter nos angoisses.

J’ai quelques fois besoin de me retrouver seul avec mon cancer en tête à tête. Mon cancer m’a ouvert les yeux sur la vie, la nature et les gens en général. Je prends plus de temps pour moi.

L’année dernière j’ai marché seul une semaine sur le chemin de St Jacques de Compostelle. J’ai quelques fois besoin de me retrouver seul avec mon cancer en tête à tête. Mon cancer m’a ouvert les yeux sur la vie, la nature et les gens en général. Je prends plus de temps pour moi. Avec mon traitement il m’arrive souvent d’être très fatigué et j’essaie de lever un peu le pied au travail.  J’ai des projets de voyage avec Isa. Je suis un peu impatient de faire beaucoup de choses.

À part la fatigue tout va bien, plus de métastases visibles sur le scanner et la Scinti. Je sais que le crabe peut réapparaître à n’importe quel moment mais en attendant je profite de la vie au maximum.

Quel message aimerais-tu faire passer à une personne qui vient d’apprendre qu’elle a un Cancer ?

L’annonce est terrible, le cancer a encore forcément l’image de la mort. Le corps médical fait son travail mais n’est pas formé à mettre des formes. Il faut absolument se faire suivre, faire du sport (marche, yoga,..). C’est vrai que l’entourage est également primordial.

Et quel conseil aimerais-tu donner à ses proches ?

Être à l’écoute du patient c’est important, surtout dans les moments difficiles, dans les périodes où le malade voit tout en noir.

c’est dans ces moment la que que l’accompagnant à un rôle important. Être bienveillant, rassurant et très présent.

 

Peut-on te suivre sur les réseaux sociaux ?

Non je ne veux pas.

Partagez cet article

5+