Élodie ou m_eli_m_elo

Élodie a 33 ans et accompagne sa maman de 69 ans qui se bat contre un cancer du sein métastatique.

Merci Élodie de nous raconter ton histoire sur le blog de Café Cancer

Instagram :  @m_eli_m_elo

Qui a eu un Cancer autour de toi ?

 

Ma maman ​a actuellement des métastases osseuses. 

Le monde s’écroulait, j’étais au lycée et à ce moment-là une de mes copines perdait sa maman à la suite d’un cancer du sein foudroyant. C’était dur à encaisser. Autour de nous, on se rend compte très vite que le mot cancer fait peur, qu’il peut tuer, mais que l’on peut vivre avec et s’en sortir.

Son premier cancer, du sein, j’avais 16 ans (il y a 18 ans). Le monde s’écroulait, j’étais au lycée et à ce moment-là une de mes copines perdait sa maman à la suite d’un cancer du sein foudroyant. C’était dur à encaisser. Autour de nous, on se rend compte très vite que le mot cancer fait peur, qu’il peut tuer, mais que l’on peut vivre avec et s’en sortir. 

J’ai toujours accompagné ma maman à ses rdv, oncologie, prothésiste capillaire, chirurgien (reconstruction mammaire), etc. … 

Neuf ans après le sein, ce sera l’utérus : pas de chimio ni de radiothérapie cette fois ci, on enlève l’utérus et basta. 

Et l’année dernière, en Mars 2019 : métastases osseuses. On pensait être tranquille mais il va falloir à nouveau passer par la case chimio, radiothérapie. Maman a 69 ans, elle est plus fragile qu’il y a 18 ans, il va falloir être forte. On va s’en sortir tous ensemble, il n’y a pas de raison ! C’est une dure à cuire.

Comment l’as-tu appris ? 

 

J’étais avec elle, je l’accompagnais à ses bilans annuels. Elle sentait bien que cette fois ci, il y avait quelque chose de différent, elle le sentait. Et elle avait vu ses marqueurs augmenter, un peu. A l’annonce du résultat, je me suis retenue de pleurer, je voulais lui montrer que ce n’étais pas grave, qu’on allait y arriver quoiqu’il arrive : elle avait déjà réussi à le battre deux fois alors pourquoi pas trois ! 

Comment as-tu réagi ?

 

Quand je suis rentrée chez moi, je me suis effondrée. Le cancer fait peur. Pourquoi encore une fois ? Pourquoi elle ? Pourquoi dans les os ? Comment ? Trop de questions…

Quand je suis rentrée chez moi, je me suis effondrée. Le cancer fait peur. Pourquoi encore une fois ? Pourquoi elle ? Pourquoi dans les os ? Comment ? Trop de questions…

Puis il y a la phase d’acceptation, la routine avec la cancérologue tous les mois, les prises de sang, les lueurs d’espoir, les changements de traitement, on s’habitue.

Quelle était ta vie « avant » le Cancer ?

Aujourd’hui je crois que je relativise beaucoup plus qu’avant. Je suis adulte, certes, mais la maladie fait que l’on sait que cela peut arriver à tout le monde, et n’importe quand. Alors j’ai une devise : « smile everyday ! » Sourire, toujours, et profiter de la vie ! 

On se rend compte aussi de qui sont les vrais amis, la famille proche, les gens sincères. Ceux qui restent auprès de nous, et ceux qui partent. Les lâches, ceux qui ont peur, ceux à qui la maladie renvoie à leur propre histoire. C’est triste mais c’est la réalité : certains fuient, mais pas tous heureusement. 

On se rend compte aussi de qui sont les vrais amis, la famille proche, les gens sincères. Ceux qui restent auprès de nous, et ceux qui partent. Les lâches, ceux qui ont peur, ceux à qui la maladie renvoie à leur propre histoire. C’est triste mais c’est la réalité : certains fuient, mais pas tous heureusement

 

Comment se passent les traitements ?

Depuis Mars, maman a essayé deux hormonothérapies. En vain. En plus des douleurs, elle avait perdu du poids, elle n’avait plus d’appétit. 

En Janvier elle a fait 5 séances de radiothérapie qui lui ont fait du bien, qui lui ont soulagé des douleurs. 

Puis depuis Février, elle fait une séance de chimio par semaine pendant trois semaines, puis une pause d’une semaine. Puis on recommence trois séances. Elle tolère plutôt bien le traitement. La perte des cheveux est arrivée, on s’y attendait, c’est une épreuve. C’est dur pour une femme de perdre ses cheveux, sa féminité. Mais elle a encore une fois été très forte. Elle a choisi une superbe perruque, qui lui va trop bien et deux jolis turbans : elle est trop belle avec! 

Ses métastases osseuses sont douloureuses : elle a des patches de morphine qui la soulage. Elle a plus d’appétit, elle a repris du poids et c’est top ! Elle est fatiguée mais ça va, elle va plutôt bien. Ma maman n’est pas du genre à se plaindre, il est rare qu’elle dise que cela ne va pas. Elle est très courageuse.  

 

Est-ce que ton quotidien a changé ?

Mon quotidien a changé, j’ai peur. Je suis préoccupée, je ne peux pas m’en empêcher.Mais je suis optimiste, et je sais que ma maman est forte mais j’ai peur de la perdre.

Mon quotidien a changé, j’ai peur. Je suis préoccupée, je ne peux pas m’en empêcher.

Mais je suis optimiste, et je sais que ma maman est forte mais j’ai peur de la perdre. 

J’ai organisé mon emploi du temps au travail pour passer plus de temps auprès d’elle et pour l’accompagner au max à ses rdv, ses chimios. L’attente dans les hôpitaux, c’est très angoissant, le fait de l’accompagner ça l’aide, on essaie de penser à autre chose.

Mon frère et ma sœur sont aussi très présents, on fait tout pour bien l’entourer et l’aider. 

On minimise ses tâches administratives, on répond aux courriers, on fait les courses, le ménage, on prévoit des sorties, pour changer d’air et de quotidien, on fait des balades au grand air, on se fait des restos, on profite. 

On minimise ses tâches administratives, on répond aux courriers, on fait les courses, le ménage, on prévoit des sorties, pour changer d’air et de quotidien, on fait des balades au grand air, on se fait des restos, on profite.

Comment est ton quotidien aujourd’hui ?

Je me marie en Juillet cette année, mon mariage est prévu depuis un an et demi et je crois que ce projet tombe vraiment à pique! Il nous occupe l’esprit: ma maman s’investit beaucoup dans ce projet et ça lui fait énormément de bien. 

Ma compagne m’épaule beaucoup, c’est mon pilier, je peux m’effondrer dans ses bras quand j’en ai besoin, je peux compter sur elle, elle sera toujours d’accord pour prendre du temps pour moi et pour ma maman, pour ma famille. 

Parfois je vais dormir chez mes parents, parce qu’un jour ma maman m’a avoué se sentir seule. Je me suis dit que si on ne l’épaulait pas plus, elle ne tiendrait pas le coup. Alors entre moi, ma sœur, mon frère on fait notre maximum pour être présents. Et maman à l’air de se sentir bien. Mieux. 

(A la maison, mon papa est handicapé à la suite d’un AVC, il fait ce qu’il peut pour aider maman, mais c’est maman qui s’occupe de lui au quotidien).

Quel message aimerais-tu faire passer à une personne qui vient d’apprendre qu’elle a un Cancer ?

Oui le mot cancer fait peur mais il y a toujours de l’espoir. Il faut y croire et ne pas se laisser abattre. La vie vaut la peine de s’accrocher. Il y a tellement de belles choses à vivre, à faire, qu’il faut tout donner pour s’en sortir. 

Oui le mot cancer fait peur mais il y a toujours de l’espoir. Il faut y croire et ne pas se laisser abattre. La vie vaut la peine de s’accrocher. Il y a tellement de belles choses à vivre, à faire, qu’il faut tout donner pour s’en sortir. 

Et quel conseil aimerais-tu donner à ses proches ?

Le cancer c’est une saloperie, on est d’accord, mais il parait que le moral c’est la moitié de la guérison, alors on mise tout la dessus déjà !

Qu’il ne faut jamais baisser les bras. Qu’il faut faire tout son possible pour épauler, dans les bons comme dans les mauvais moments. Le cancer c’est une saloperie, on est d’accord, mais il parait que le moral c’est la moitié de la guérison, alors on mise tout la dessus déjà !  

Peut-on te suivre sur les réseaux sociaux ?

Je ne parle pas beaucoup de la maladie de ma maman, mise à part en privé, et avec plaisir. 

On a toujours besoin d’un petit mot réconfortant, et je pense que d’autres enfants comme moi, on besoin de se sentir soutenus, alors n’hésitez pas 🙂 

Partagez cet article

1+