Les congés d’accompagnement pour les proches et les aidants

Il n’est pas toujours aisé de se dégager et de consacrer du temps surtout avec des obligations professionnelles. Il existe des congés d’accompagnement auquel un aidant peut prétendre.

Le congé de solidarité familiale

Il permet au salarié d’assister un proche gravement malade

Le proche peut être un ascendant (père, mère…) ou un descendant (enfant, petits-enfants…) ; un frère ou une sœur ; une personne vivant à votre domicile (conjoint, concubin, partenaire lié par un PACS…) ou une personne désignée comme personne de confiance.

Concernant les démarches, il faut adresser un courrier à votre employeur, au moins quinze jours avant la date souhaitée par lettre recommandée et joindre à cette lettre un certificat médical attestant que la personne malade que le proche souhaite assister souffre d’une maladie grave mettant en jeu son pronostic vital.

La durée du congé de solidarité familiale est de trois mois, renouvelable une fois. Si la personne en fin de vie est accompagnée à domicile (et non à l’hôpital), le proche peut bénéficier d‘une allocation journalière.

Le congé de proche aidant

Il permet de cesser temporairement son activité professionnelle pour s’occuper d’une personne handicapée ou faisant l’objet d’une perte d’autonomie d’une particulière gravité. Ce congé est non rémunéré et il est ouvert au salarié justifiant au moins d’un an d’ancienneté dans l’entreprise.

Il est d’une durée de trois mois, renouvelable dans une limite de un an au cours de la carrière professionnelle du proche.

Le don de congés entre collègues

Depuis le 13 Février 2018, les salariés peuvent donner les jours de repos non pris à un autre salarié de l’entreprise qui bénéficient d’un congé de proche aidant. Le don est anonyme et l’employeur doit donner son accord.

Le congé sans solde

Le congé sans solde est un congé non rémunéré que le salarié peut demander à son employeur pour convenance personnelle et il dépend de sa convention collective.

Le congé sabbatique

Le congé sabbatique permet au salarié de suspendre son contrat de travail sous réserve de conditions d’ancienneté et activité.

Le congé pour enfant malade et le congé de présence parentale.

Le congé pour enfant malade est accordé aux parents qui ont un enfant malade de moins de seize ans, pour une durée de trois jours maximums par an, et sur présentation d’un certificat médical.

Le congé de présence parentale est non rémunéré, mais il est possible de percevoir une allocation journalière de présence parentale. Sa durée est de 310 jours ouvrés sur une période de trois ans maximum, pour le parent d’un enfant à charge dont la maladie, l’accident ou le handicap nécessite leur présence.

Partagez cet article

3+