Lola ou loolabacon

Lola a 21 ans et se bat contre un cancer des ovaires

Merci beaucoup Lola de nous raconter ton histoire sur le blog de Café Cancer.

Instagram : @loolabacon

Quelle était ta vie « avant » le Cancer ?

Je venais de terminer ma deuxième année à l’école d’infirmière et j’entrais en troisième et dernière année. En parallèle, j’étais sapeur-pompier volontaire. J’étais épanouie et prête à commencer l’été pour profiter du soleil, des barbecues et fêter mes 20 ans comme il se devait !

Comment as-tu découvert ton Cancer ?

Crabby est arrivé dans ma vie « comme une lettre à la poste ». J’étais certes, un peu fatiguée mais je mettais cela sur ma fin d’année d’étude. D’un coup, j’ai eu plusieurs signes qui sont apparus, comme les vomissements, une fatigue extrême et de la constipation (pas très glamour tout ça !) J’ai eu plusieurs rendez-vous médicaux mais qui finalement ne donnaient rien car personne ne cherchait plus loin que de la constipation.

Après 15 jours et n’ayant aucune amélioration, ma mère décide de m’emmener aux urgences car elle voyait bien que quelque chose n’allait vraiment pas. A ce moment, j’étais complétement affaiblie. Mais encore une fois, aucuns médecins ne prenaient la situation au « sérieux ».

Après 15 jours et n’ayant aucune amélioration, ma mère décide de m’emmener aux urgences car elle voyait bien que quelque chose n’allait vraiment pas. A ce moment, j’étais complétement affaiblie. Mais encore une fois, aucuns médecins ne prenaient la situation au « sérieux ». Après être passée par plusieurs diagnostics en deux heures, le médecin décide quand même de me faire une prise de sang par « acquis de conscience ». Les résultats tombent, et en l’espace de 10 minutes, me voilà allongée sur la table de scanner. Ce fut à ce moment, la rencontre de ma très chère tumeur de 16 cm située dans l’abdomen, qui était à l’intérieur de moi depuis bien trop longtemps.

Mais encore une fois, Crabby a voulu me montrer que ce serait lui qui gagnerait ce combat, puisque deux jours avant mon opération, la tumeur s’est fissurée faisant suite à une hémorragie interne. J’ai donc été opérée en urgence par un chirurgien remarquable pour qui je serais reconnaissante toute ma vie. À la suite de cela, je reste 7 jours en soins intensifs et 8 jours en service de chirurgie.

Après plusieurs jours d’hospitalisation, des multiples rendez-vous avec des spécialistes qui me certifiaient que ce n’était pas un cancer car « j’étais trop jeune », « la tumeur est trop énorme pour que ce soit un cancer de l’ovaire » ou encore « les marqueurs tumoraux sont bien trop élevés », une date d’opération se fixe. Mais encore une fois, Crabby a voulu me montrer que ce serait lui qui gagnerait ce combat, puisque deux jours avant mon opération, la tumeur s’est fissurée faisant suite à une hémorragie interne. J’ai donc été opérée en urgence par un chirurgien remarquable pour qui je serais reconnaissante toute ma vie. À la suite de cela, je reste 7 jours en soins intensifs et 8 jours en service de chirurgie.
Finalement, le diagnostic tombe le 21 Septembre : « Lola, vous avez un cancer de l’ovaire, malheureusement bien avancé ». À cet instant, je ne réalise pas tellement. C’est lorsque je regarde mes parents s’effondrer que je commence doucement à réaliser. Durant toute l’explication du déroulement de la prise en charge, je reste figée sur le mot « cancer ». Je n’entends plus rien autour de moi. Le monde s’effondre. Ma vie s’arrête à ce moment. Je me pose plein de questions. Et surtout, je me dis que ce n’est pas possible, pas réel.

« Lola, vous avez un cancer de l’ovaire, malheureusement bien avancé ». À cet instant, je ne réalise pas tellement. C’est lorsque je regarde mes parents s’effondrer que je commence doucement à réaliser. Durant toute l’explication du déroulement de la prise en charge, je reste figée sur le mot « cancer ». Je n’entends plus rien autour de moi. Le monde s’effondre. Ma vie s’arrête à ce moment. Je me pose plein de questions. Et surtout, je me dis que ce n’est pas possible, pas réel.

Comment se passent les traitements ?

Alors après l’annonce du cancer, j’ai dû commencer la semaine suivante la chimiothérapie, qui s’est déroulée en trois cures de trois semaines chacune. Mon protocole était l’assemblage de trois chimiothérapies par cure (blémoycine/ étoposide/ cisplatine). Une cure se présentait sous la forme d’une semaine d’hospitalisation, puis le lundi en hôpital de jour avec quelques jours d’aplasie (sans défense immunitaire) puis une semaine où je passais mon lundi en hôpital de jour et quelques jours de « répits ». La première cure s’est bien passée, puis sont apparus les fameux effets indésirables.

La perte de cheveux, les nausées, la pâleur, les aphtes, la fatigue ont fait partis de ma vie durant un moment. C’est très compliqué d’ailleurs de s’accepter pendant la maladie. On fait peur, et on se fait peur. Cela n’a pas été toujours agréable, mais je me suis toujours interdit durant les traitements de me plaindre car je me suis toujours dis qu’il y avait pire que moi.

La perte de cheveux, les nausées, la pâleur, les aphtes, la fatigue ont fait partis de ma vie durant un moment. C’est très compliqué d’ailleurs de s’accepter pendant la maladie. On fait peur, et on se fait peur. Cela n’a pas été toujours agréable, mais je me suis toujours interdit durant les traitements de me plaindre car je me suis toujours dis qu’il y avait pire que moi. Mais grâce à l’établissement François Baclesse, j’ai eu la chance d’avoir des séances avec une esthéticienne, une sophrologue afin de m’aider dans ce combat.

Comment a réagi ton entourage à l’annonce de ton Cancer ?

Pour mon entourage, cela a été très difficile. Je pense qu’on ne se rend pas compte de l’impact qu’a le cancer sur eux. Chacun a eu une réaction bien différente, allant jusqu’à la fuite où l’absence pour certain. A contrario, j’ai eu la chance d’être merveilleusement bien entourée par ceux qui sont restés.

Pour mon entourage, cela a été très difficile. Je pense qu’on ne se rend pas compte de l’impact qu’a le cancer sur eux. Chacun a eu une réaction bien différente, allant jusqu’à la fuite où l’absence pour certain. A contrario, j’ai eu la chance d’être merveilleusement bien entourée par ceux qui sont restés.
Crabby n’a pas que du mauvais car il m’a ressoudé avec eux. Jamais durant cette épreuve je me suis retrouvée seule. Je m’interdisais de me plaindre afin de ne pas montrer mon mal-être ou encore la souffrance à mon entourage pour ne pas les inquiéter, c’était ma façon à moi de les protéger comme je pouvais.

Quand ce n’était pas la famille, c’était les amis. Crabby m’a bien faire prendre conscience du fait que j’ai une famille extraordinaire et des amis tellement formidable. Jamais je n’aurais pensé qu’il ait autant un impact dans ma guérison. Ils ont été bienveillants, attentifs. Je ne saurais les remercier. C’est grâce à ma famille, mes amis qu’aujourd’hui je suis là. Ils ont été mon pilier et y sont toujours actuellement.

Quand ce n’était pas la famille, c’était les amis. Crabby m’a bien faire prendre conscience du fait que j’ai une famille extraordinaire et des amis tellement formidable. Jamais je n’aurais pensé qu’il ait autant un impact dans ma guérison. Ils ont été bienveillants, attentifs. Je ne saurais les remercier. C’est grâce à ma famille, mes amis qu’aujourd’hui je suis là. Ils ont été mon pilier et y sont toujours actuellement.
J’aimerais aussi mettre en avant chaque soignant qui ont été pour moi une source de bonheur à chaque fois. Ils sont tous admirables. Crabby m’a permis de faire des rencontres exceptionnelles. Ils m’ont beaucoup apportés durant cette épreuve.

Comment est ton quotidien aujourd’hui ?

Aujourd’hui j’apprends à vivre avec mes cicatrices. J’ai repris mes études, et j’attends mon diplôme avec impatience. J’ai aussi repris mon activité de sapeur-pompier volontaire. Cette épreuve m’a fait grandir. Crabby m’a appris à ne jamais baisser les bras et à toujours garder le sourire malgré tout. Après un cancer, les gens sont très bienveillants envers vous. Je le vois lorsque je suis en stage avec mes études, où encore dans l’entourage de mes proches. Ce n’est pas facile tous les jours, je l’admets. Il m’arrive d’avoir des contre coups face à la maladie, mais il faut continuer de se battre, encore et toujours. Car oui, le cancer est cliniquement guéri, mais moralement le « après » est tout autant difficile que pendant le combat.

Aujourd’hui j’apprends à vivre avec mes cicatrices. J’ai repris mes études, et j’attends mon diplôme avec impatience. J’ai aussi repris mon activité de sapeur-pompier volontaire. Cette épreuve m’a fait grandir. Crabby m’a appris à ne jamais baisser les bras et à toujours garder le sourire malgré tout

Quel message aimerais-tu faire passer à une personne qui vient d’apprendre qu’elle a un Cancer ?

Alors tout simplement te dire de te battre. Pour ma part, les médecins n’étaient pas tellement optimistes et aujourd’hui je vais bien. Au début tu le détestes, et une fois que tu l’as détruis, tu le remercies puisqu’il te fait devenir une meilleure personne. De plus, le cancer te fait vivre des moments inoubliables et des choses ou après l’épreuve tu en rigoleras avec ton entourage. Il te fait vivre des choses tellement étonnantes qui n’étaient pas prévu au programme.

Au début tu le détestes, et une fois que tu l’as détruis, tu le remercies puisqu’il te fait devenir une meilleure personne. De plus, le cancer te fait vivre des moments inoubliables et des choses ou après l’épreuve tu en rigoleras avec ton entourage. Il te fait vivre des choses tellement étonnantes qui n’étaient pas prévu au programme.

Le cancer est une épreuve difficile, mais pas insurmontable. Entoure-toi des bonnes personnes et laisse les mauvaises sortir de ta vie. Vit chaque moment comme si c’était le dernier. Profite de chaque petit moment de bonheur car ce sont ces moments qui te font tenir. Fonce et va jusqu’au bout de tes souhaits. Le moral est la source de la guérison Si tu as envie de pleurer, pleure. Des moments tristes tu en auras, mais justement, trouve toujours ce « petit truc » pour en rire ! Et garde le sourire, c’est le plus beau bijou de la femme.

Peut-on te suivre sur les réseaux sociaux ?

Oui, sur instagram : loolabacon

Partagez cet article

0