Nicolas ou nico_1367

Nicolas, 30 ans, est en rémission d’un cancer du rectum.

Merci Nicolas de nous raconter ton histoire sur Café Cancer

Sur instagram @nico_1367

 

Quelle était ta vie « avant » le Cancer ?

Une vie plutôt rangée, marié, un enfant, boulot, dodo, des sorties au rythme de notre nouvelle vie de parents puis qu’à l’annonce de ma maladie ma fille avait 2 ans et demi.

Nous venions d’aménager dans notre maison neuve.

Je faisais du sport (badminton). 

La vie parfaite quoi 😃

Comment as-tu découvert ton Cancer ?

Les symptômes étaient légers. J’ai commencé à avoir des douleurs au bas ventre, par vagues. Je suis allé voir mon médecin plusieurs fois. Le cancer du rectum n’est vraiment pas courant à 29 ans, le médecin n’a même pas pensé à ce diagnostic. Au bout de la troisième visite pour les mêmes symptômes, le médecin m’a envoyé faire une échographie et une prise de sang, RAS.. Nous étions en train de construire notre maison : j’ai mis ça sur le compte du stress. Au bout d’un moment, les symptômes sont devenus plus durs mais toujours léger. Le simple port de la ceinture me gênait.

Au bout de sept visites chez mon médecin sans diagnostic et résultat, je suis alors allé voir le médecin de ma femme qui m’a envoyé faire une coloscopie.

Je suis retourné voir le médecin qui m’a refait passer radio et écho et test des selles : RAS…Au bout de sept visites chez mon médecin sans diagnostic et résultat, je suis alors allé voir le médecin de ma femme qui m’a envoyé faire une coloscopie.  La maladie s’est révélé à la coloscopie et les mots du gastroentérologue raisonnent encore dans ma tête   » Monsieur Eschbach je suis désolé, je n’ai pas de bonnes nouvelles, vous avez une lésion tumorale au rectum. »

Comment se passent les traitements ?

J’ai plutôt bien accepté la stomie : je m’occupais du changement tout seul

J’ai subi:

  • 28 séances de radio thérapie
  • une radiofréquence du foie pour enlever la métastase unique <1 cm de diamètre
  • 6 chimiothérapies
  • une opération de résection du rectum, avec mise en place d’une stomie,
  • puis reprise de 6 chimios ,
  • et enlèvement de la stomie 7 mois plus tard. 

J’ai plutôt bien supporté les traitements, même si j’ai eu des moments difficiles. L’opération de résections du rectum a été difficile avec 15 jours d’hospitalisation. J’ai plutôt bien accepté la stomie : je m’occupais du changement tout seul.

J’ai fait des recherches sur le net, et j’ai trouvé un tableau avec les chances de survies par rapport au stade. Je me suis alors effondré sur mon canapé lorsque j’ai vu que  ce tableau

J’ai rapidement compris que c’était très grave. J’ai fait des recherches sur le net, et j’ai trouvé un tableau avec les chances de survies par rapport au stade. Je me suis alors effondré sur mon canapé lorsque j’ai vu que d’après ce tableau, j’avais 15 % de chance de survie sur 3 ans. Bien sûr, le tableau ne prenait pas tout en compte, et ne reflétait pas vraiment la réalité. J’avais besoin de savoir, et je pensais sans arrêt que j’allais mourir. J’ai été suivi par une psychologue et elle m’a énormément aidé.

Comment a réagi ton entourage à l’annonce de ton Cancer ?

Concernant ma fille de 2 ans et demi, nous lui avons expliqué avec des mots simples

Ma femme et ma famille m’ont bien soutenu. Concernant ma fille de 2 ans et demi, nous lui avons expliqué avec des mots simples. Certains amis se sont éloignés. Certaines personnes ont fait des remarques blessantes. Dans l’ensemble je me suis entouré des bonnes personnes.

Comment est ton quotidien aujourd’hui ?

ça ressemble à ma vie d’avant et ça fait beaucoup de bien.

Aujourd’hui, 13 mois après l’annonce de ma maladie, je m’apprête à reprendre le travail, j’ai repris le sport ça ressemble à ma vie d’avant et ça fait beaucoup de bien. J’ai des projets mais pour l’instant je ne dis rien : surprise !

Quel message aimerais-tu faire passer à une personne qui vient d’apprendre qu’elle a un Cancer ?

Je lui dirais qu’il faut voir ça comme un challenge de la vie, qu’il faut y aller, se battre, et essayer d’en sortir quelque chose de positif. Car même dans les mauvais moments, il y a toujours quelque chose de positif à en sortir.

Et quel conseil aimerais-tu donner à ses proches ?

Ne pas s’éloigner des personnes malades, les accompagner dans cette épreuve, les soutenir, les faire sortir, leur changer les idées…

On comprend vite qui sont les bonnes personnes et les personnes à éviter dans son entourage. Je me suis éloigné des personnes que je jugeais négatives et toxiques pour ma réussite dans mon combat.

J’ai fait de belles rencontres, notamment avec la socio esthéticienne du service de chimio, et avec d’autres patients en salle de chimio. 

Peut-on te suivre sur les réseaux sociaux ?

Oui, nico1367 sur instagram 😉

Partagez cet article

7+