Panser par l’image ou La Thérapie par l’image

Stéphanie, infirmière et photographe, a pris le temps de répondre a quelques questions pour nous expliquer son travail ainsi que ses futurs projets autant artistiques que thérapeutiques.

Vous pouvez la suivre sur les réseaux :

Facebook : Panser par l’image la perte d’estime de soi : thérapie par l’image

Instagram : @therapie_par_ limage.

Merci beaucoup Stéphanie.

J’ai cru comprendre que vous êtes infirmière de profession ?

Oui je suis Infirmière depuis huit ans.  J’ai exercé dans des  services d’urgences et de réanimation pendant trois ans. Ce sont des services qui m’ont beaucoup apporté sur le plan humain.  

Puis je me suis installée en libéral en secteur rural.

Comment passe-t-on d’infirmière à photographe ?

En quoi la photo est une thérapie ?

 

Je crois que ces deux activités sont complémentaires dans mon cas. D’un côté,  la photographie m’a toujours passionné, par sa technicité mais surtout par ce qu’elle raconte, l’émotion qui s’en dégage. 

Et d’un autre côté, infirmière est un métier technique aussi, sur le plan des soins, mais surtout très humain, où se mêlent écoute, empathie et accompagnement. Et cela quel que soit l’origine de la demande du patient. 

Il était évident pour moi que d’allier ces deux activités me permettrait d’offrir un accompagnement global concernant l’estime de soi. 

Je photographie ainsi la personne et je l’amène  à poser un nouveau regard sur elle-même plus bienveillant, plus juste. Cela s’adresse à toutes personnes ayant perdu l’estime d’elle même à cause de la maladie (cancer, dépression …) ou de leur parcours de vie (enfance, deuil, séparation …) … 

Je reste convaincue qu’avoir une bonne image de soi est un levier important pour retrouver une confiance en soi. 

Que peut apporter la thérapie par l’image a une personne atteinte d’un Cancer ou ayant eu un Cancer ?

J’ai photographié  des femmes atteintes d’un cancer du sein ;  mais cette thérapie par l’image est ouverte à tous : hommes et femmes.

Elles m’ont toutes fait part qu’elles ressentaient leur féminité comme « envolée » avec l’épreuve  de la maladie.

Au travers des photos réalisées, elles ont pu constater qu’elles restaient femmes avant tout, et que malgré ce corps meurtri elles restent  « Elles », dans tout ce qu’il y a de beau, d’unique.

C’est très important même en cours de traitement, de garder cette force et cette estime de soi … pas toujours évident. 

Comment se déroule une séance photo?

 

Tout d’abord il y a la prise de contact souvent par mail.

Pour qu’une séance de thérapie par l’image fonctionne il faut que la confiance soit installée : la personne me fait part de son histoire, de ses difficultés … Cela m’aide à préparer la séance photo. 

Par la suite on convient d’un rendez-vous. Puis on signe un contrat. 

La séance dure en moyenne 1h30 (on prend le temps nécessaire). 

Le tarif de la séance dépendra du type de séance, de sa durée et surtout si un organisme avec lequel je collabore participe aux frais. 

Vous pouvez être en confiance du moment où une personne dans le domaine médical / paramédical peut vous présenter son /ses diplôme(s), son numéro URSSAF et numéro Adeli. 

Le bouche à oreille permet aussi très vite de repérer un vrai professionnel de santé. 

Ou vont les photos après ?

 

Comme je l’ai dit précédemment, un contrat est signé entre le  « patient » et moi-même. La personne donne ainsi l’autorisation ou non de publier des images. Dans tous les cas nous choisirons ensemble les photos qui seront publiées. 

Bien sûr c’est bien de pouvoir montrer des clichés pour partager le travail réalisé, et donner l’envie à d’autres de franchir le pas.  Mais ma priorité n’est pas là.

Avant tout c’est un accompagnement, une thérapie. 

J’ai cru comprendre que vous aviez un projet avec la Ligue contre le cancer ?

 

Oui j’ai contacté diverses associations pour faire connaître mon travail. 

La ligue contre le cancer a été réceptive et je les en remercie infiniment, car je vais pouvoir travailler avec des psychologues pour permettre un accompagnement global. C’était un de mes objectifs de travailler avec des thérapeutes / psychologues qui complèteraient mon travail : un travail d’équipe pluridisciplinaire. 

D’autres partenariats sont en cours notamment avec les femmes battues … à suivre  et j’espère encore beaucoup d’autres. 

Stéphanie .  

Partagez cet article

4+